Le coca light

De Like That
Aller à : navigation, rechercher

Il me dit: " si t'as envie d'un coca, tu peux bébé... Il y a le light, le zero, le light lemon, le vanille, le cerise, le life,... Tu peux y aller sans craindre la balance"
Oui mais non... Un coca, c'est le Coca-Cola, classique et pas autre chose.
Il me répond: Ben il faudrait savoir ce que tu veux! Il y a toute sorte de coca et t'en crèves d'envie mais tu ne trouves pas ton bonheur? T'es casse-bonbon et peu conciliante.
Et bien voilà... L'ère des édulcorants et des adulescents, l'ère des enfants gâtés à qui on a tout donné, qui ont tout eu et perdu le droit de dire non, au risque de passer pour difficile et trop... ou pas assez...
C'est l'ère du lisse, du "soi gentil", tout le monde il est beau tout il est gentil, du respect de la vie privée et des choix des autres, du tout s'explique et il y a une bonne raison à chaque chose, du "fais pas de vague" sinon on te pique. D'accord, on ne te réservera pas le même sort qu'au plus dangereux des toutous mais presque. Étiquetage d'écorché vif, au mieux, ou de chien enragé, au pire, mise au banc de la société, dans tous les cas!
L'ère est au nivelage, au lissage et à l'uniformité.
Mais que s'est-il donc passé, golden baby? On a tout, on a tout eu.
Tu ne veux pas ou ne peux pas prendre du lait? Tu en auras quand même! Trop gras, le lait fait grossir? Il y a le light... Trop léger? Il y a le demi -écrémé... Tu ne le digères pas ? Il y a le sans lactose; tu es allergique? Il y a du lait de riz, de soja; le tout déclinable en light, pas light... Ne t'inquiètes pas, on va t'adapter le monde. Ce sur quoi tu aurais arbitré il y a 50 ans, s'offre à toi.
Le Coca-Cola, pareil... Trop sucré? Il y a du light, ça goûte trop l'aspartame? Il y a le zero, avec le goût du coca mais zero sucre! Ou alors, il y a le light lemon, vanilla, le life,... Il y a un coca pour tout le monde. On t'offre le choix et rien d'autre que le choix.
Pourquoi entretenir sa forme si une ligne aérienne à prix discount te permet de prendre quand même l'avion en payant deux places? Anecdotique... Ok...
Moins théorique; pourquoi me déciderais-je à te choisir pour époux, même avec toutes les garanties que tu es l'homme de mes rêves? Pcq tu poses un ultimatum? Mais il y a tellement de possibilité que si je désespère, demain, il y aura un catalogue sur lequel je pourrai toujours m'en choisir un... Si ça ne marche pas, j'y retournerai... J'en choisirai un autre... Je consomme, dis-tu? Mais de quoi parlons-nous, si ce n'est de consommation? Ça va de paire avec le jetable.
Pour consommer, encore et encore il faut (pouvoir) jeter... Merci l'obsolescence programmée.
Quoi, je ne suis pas obligée de consommer? Mais on m'a dit que je n'avais qu'une seule vie et qu'elle était trop courte pour que je la gaspille à m'emmerder avec ce qui ne me va pas.
Tout consommer en même temps? Ma foi, cela n'est conciliable avec mes valeurs chrétiennes! La fidélité c'est important. Voilà pourquoi je prévois que ce soit une cause de révocation de mon contrat, me permettant ainsi d'être libre de pleurer dans les bras de qui je voudrai. Détrompe toi, chou; je sais qu'un homme, ça trompe énormément. Si je pardonne tes incartades, mon amour, c'est simplement pcq je ne t'ai pas trouvé de substitut valable... On ne remplace pas un iphone5 par un iPhone 3, eut-il plus de Giga.

Tout ça a un prix. Tu as une large panoplie de choix mais plus le droit de ne rien choisir. Tu dois prendre quelque chose, faire un choix dans les limites de ce qui t'est donné.